Au clair de la lune ♫ FT. Kinsei

 :: En Route ! :: Blues :: South Blue :: Royaume de Torino Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 10 Nov - 10:46
Au clair de la lune ♫

ft. Kinsei Y. Keikoku

Faux Pirate
dialogue en #0033FD

Les vagues étaient en train de me bercer tout doucement. J'étais reparti du début pour essayer de me souvenir de mes anciennes aventures. Seulement pour l'instant ma quête était un échec absolu. Un soupir s'échappa de mes lèvres. Allongé sur le sol de ce bateau de fortune, emprunté à un pécheur ayant fui quand je lui avais demandé quelques poissons pour me nourrir. J'aimerais savoir pourquoi les personnes que je rencontrais, étaient effrayées de me voir. Peut-être à cause de mon armure. Il faut dire que le forgeron qui l‘avait créé de toute pièce avait eu des goûts assez morbides à cause de mon surnom de faucheur. Il lui était venu à l'idée de mettre des têtes de morts partout sur le métal à cause de cela. Enfin bref, assez parlé de mon armure. Actuellement et régalez-vous les yeux, car c'était une chose extrêmement rare, je ne portais pas mon armure. Compacté dans un coin pour prendre le moins de place possible, elle me frôlait quand même l'épaule. Les cabines humaines n'étaient pas vraiment adaptées à ma taille. Roulé en boule j'avais la sensation d'être une sardine enfermé dans sa boite. A la différence que j'étais seul et sans compagnons. Non pas que ça me dérange, étant une personne solitaire de base. Oui, je sais vous n'en avez rien à foutre de mes états d'âme et de ma vie de sardine, mais il faut bien commencer par quelque part pour raconter une histoire ?

Une vague plus forte que les autres me secoua violemment, me faisant heurter le toit de la cabine. M'arrachant un juron. Ma main tambourina violemment de rage contre le mur, m'arrachant un autre soupir quand elle traversa la cloison de bois. « Putain de bordel de merde ! » Mon pied fît voler la porte. Regardant à l'extérieur en me contorsionnant voyant une mer calme et des étoiles à perte de vue. Mais si la mer était aussi calme qu'est-ce qui m'avait heurté quelques secondes plus tôt. J'eu ma réponse assez taux voyant un harpon traversé la coque et me ramener vers un navire un peu plus large et visiblement plus confortable que celui dans lequel j'étais actuellement. Un retentissant à l'abordage résonna dans la nuit. Bien que je ne voyais pas vraiment ce qu'ils pouvaient aborder vu la taille de ce truc. J'aurais pu me servir de mon « navire » pour me curer les dents. En forme Draconique cela va de soi. Sortant sur le petit pont afin de récupérer mon épée, regardant leur pont ou visiblement l'enthousiasme avait disparu. Il faut dire que j'étais un peu imposant, cependant je n'avais pas encore mon armure, une balle fusa m'atteignant dans l'épaule. Un « aie » sans vraiment aucune motivation sortie de ma bouche. « Bon c'est quand vous voulez que vous me faites monter ! » Un petit sourire narquois s'afficha sur mon visage. En échange ils n'étaient visiblement plus aussi sûr d'eux de leur côté. Quelques minutes plus tard, une corde s'écrasa contre la coque de leur navire, m'arrachant un rire satisfait.

Quelques heures plus tard… « Monsieur, nous arrivons au Royaume de Rotino, c'est bien là que vous vouliez aller ? Je ne sais pas ce que vous comptez faire sur cette île mais, ça n'a pas l'air très peuplé. En tout cas je vous remercie d'avoir épargné notre humble navire malgré notre attaque des plus sournoise sur votre bateau. Nous débutons et je pense que nous étions un peu trop motivé à l'idée de piller un pauvre pécheur. »

Un rire guttural s'échappa de ma gorge. Il était fou de dire ça devant moi le pauvre. « Et ben, toi tu n'as pas compris l'essence même d'être un pirate. Les pirate recherche certes des trésors, mais en aucun cas ils ne pillent de pauvre gens sans sous avec uniquement leur activité pour revenu. Être pirate, c'est être libéré de toutes ses chaînes pour voguer sur les mers et aller ou bon nous semble. Être pirate, c'est être assez libre pour pouvoir réaliser ses rêves sans rencontrer d'obstacle. Le seul obstacle que l'on peut rencontrer dans ce cas-là. C'est les pirates comme vous et ces foutus abruti de la marine qui ont envie de tout avoir sous leur contrôle. Seulement il est impossible de contrôler une personne. » Je posais une main sur son épaule puis prenant une voix plus douce « Et un conseil si tu ne veux pas t'attirer d'ennuie ne te trompe pas dans le nom de l'île. C'est le Royaume de Torino. Apparemment ils sont extrêmement bons en médecine »

C'était une île très peu connu et pourtant un point important pour chaque médecin du monde, leur bibliothèque étant énormément rempli et la plupart de leur livre traitant d'herbe médicinal et de la façon de les préparer pour soigner un très gros panel de maladie. J'y avais moi-même passé quelques temps en temps qu'aventurier solitaire. Son peuple était de petites tailles et anormalement gros à contrario des oiseaux géant peuplant l'arbre qui eux était avec un long cou très fin et de taille démesurée. Cependant, ils allaient sous peu ne plus être la plus grosse créature volante de ce paradis forestier. « Bon je vous laisse ici pour ma part. Je vous dis à une prochaine fois et merci pour le transport. » Il me regarda avec des yeux énormes, plusieurs kilomètres nous séparaient encore de l'île et malgré ma stature il avait l'air de douter que je puisse le faire à la nage. Un petit regard en arrière, puis mon corps commença à se métamorphoser, le bateau pencha dangereusement vers l'avant, des pattes puissantes et noires de jais pesant sur la proue. D'une grande impulsion et d'un battement d'aile la créature géant de plusieurs tonnes que j'étais devenu pris son envol, enfonçant la coque du bateau de plusieurs mètres dans l'eau lors du décollage. Un rugissement monstrueux résonna dans l'air puis s'estompa. Battant des ailes pour me rendre sur l'île de Torino. Regardant le navire qu'ils étaient désespérément en train de vider de son eau. C'était un châtiment faible mais, suffisant pour ces viles personnes ne connaissant pas encore la signification du mot pirate.

J'avais décidé d'atterrir sur une partie de l'île moindrement fréquenté, car un animal aussi gros que moi pouvait facilement attirer l'attention et je n'avais pas vraiment envie qu'on m'harcèle à propos de ces fruits estimé plus rares que les Logias. C'est une fois atterrit sur la plage que je reprenais forme humaine, alors que visiblement le soir pointait déjà le bout de son nez. J'avais pour intention de me rendre à la bibliothèque de l'île pour essayer de me remémorer certaines choses, mais cela serait du gâchis de ne pas profiter d'une seconde nuit aussi magnifique. Me mettant en marche le long de la plage, je pouvais sentir mes bottes de métal s'enfoncer lourdement dans le sable laissant la marque imposante de mon corps et de ses quatre cents kilos. C'était ma première étape et j'espérais bien retrouver quelques fragments sur cette île

Membre d'Apocalypse
avatar
Dorikis : 800
Fruit du démon : Ryu Ryu no Mi
Berrys : 20110
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 14 Nov - 15:22






Au clair de la lune
ft. Golgrim

L'équipage naviguait depuis plusieurs jours désormais. La première terre en vue n'était autre que le royaume de Torino. La princesse ne connaissait pas cet endroit mais Maya avait quelques renseignements. D'après la bonne femme, cette île abriterait une race unique d'oiseau de quoi émerveiller la jeune demoiselle. Même s'il commençait à faire nuit et qu'elle était encore éloignée, la blonde pouvait deviner la forme atypique de l'île. Un arbre géant ! De quoi mettre des étoiles dans les yeux et surtout lui rappeler des souvenirs. Aucune journée ne cessait sans que Kinsei pense à son île en forme d'oiseau, son peuple, sa famille... Beaucoup de chose lui manquait et même si la curiosité la rongeait, le bateau jeta l'encre loin de cette île sous les conseils avisés de Maya qui préférait attendre qu'il fasse jour. Après tout, on ne savait pas si la tribu guerrière de cette île allait être pacifiste avec l'équipage de pirates. De son côté, la princesse finit par s'isoler sur le pont du bateau et contemplait l'île sans la lâcher du regard. S'endormant presque, quelque chose la réveilla de ses songes, une immense silhouette accompagné d'un rugissement bestial. Ce n'était pas celui d'un oiseau, Kinsei en était certaine. Ayant une certaine curiosité malsaine, la jeune femme attendit plusieurs minutes avant de déployer ses ailes et s'envoler direction Torino ! Avait elle rêvé ? Peut-être puisqu'elle ne voyait rien à l'horizon.

Après un bon quart d'heure de vol, la demoiselle se posa en bord de mer où elle aperçu un petit animal en détresse. Serait-ce cette bestiole qu'elle avait aperçu un peu plus tôt ? Impossible, bien trop mignon pour ça. Ce n'était qu'un petit oiseau totalement trempé à cause de la mer. Il avait réussit à s'échapper de la fureur des vagues mais le froid l'immobilisait. Le pauvre tremblait dans le sable sans vraiment rien faire. En bonne âme charitable et surtout en femme très sensible, Kinsei retira sa veste et enveloppa le petit oiseau afin de le réchauffer puis elle le prit dans ses bras. Elle lui adressa un sourire angélique et un regard doux tout en sachant pertinemment qu'il ne comprendrait rien.

- Eh bien alors, ça va mieux ?


Kinsei savait se sacrifier puisqu'à présent son dos était nu et son tatouage à l'air libre. A vrai dire, la blonde n'y pensait même pas. Elle se fichait totalement qu'il soit visible puisque personne n'était là et que de toute manière peu de monde connaissait le Royaume d'Atlas. Il n'y avait que les curieux que ça intéressait. Elle continua à réchauffer le pauvre oiseau jusqu'à ce que ce dernier ressente des vibrations très puissantes sur le sol. Il en avait assez profité ce piaf, plutôt apeuré, il s'envola en direction de son nid. Kinsei comprit rapidement pourquoi l'oiseau avait prit la fuite. C'est en se retournant qu'elle vit une immense silhouette, un personnage géant. Elle n'avait jamais rencontré quelqu'un d'aussi grand que son père. Ses yeux vairons s'écarquillèrent, non pas de peur, mais plutôt d'admiration. Voilà un personnage passionnant et intéressant mais vu son apparence vestimentaire, il n'était pas rassurant. La blonde devait-elle se méfier ? La princesse commençait à se dire qu'elle aurait peut-être du prévenir Liang et Maya de son escapade nocturne et de l'endroit où elle allait. Si ça se trouve, cet homme allait la dépecer ou mieux, la dévorer toute entière sans même laisser un fragment d'os. Kin' restait là, immobile, fixant ce nouvel arrivant et ne sachant pas si elle devait se pousser ou fuir.

Le problème, c'est que Kinsei est une princesse et qu'elle n'avait pas pour habitude de snober les gens ou même de les craindre pour leur physique. Bien au contraire, elle était accueillante et restait poli peu importe la situation. Un sourire un peu nerveux se dessinait sur ses lèvres. Avait-il un lien avec la gigantesque silhouette ?

- Heu... Bonsoir Monsieur ! Mais comme à son habitude, Kinsei ne pouvait pas s'empêcher de l'ouvrir et de rajouter un commentaire qui pouvait déplaire. Vous êtes drôlement grand ! Je pensais que père était le plus grand mais vous, vous l'êtes encore plus !

Pirate
avatar
Dorikis : 1640
Fruit du démon : Tenshi Tenshi no mi
Prime : 0฿
Berrys : 44240
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Nov - 12:08
Au clair de la lune ♫

ft. Kinsei Y. Keikoku

Faux Pirate
dialogue en #0033FD

Je n’avais pas vraiment été discret en me dirigeant vers l’île de Torino, j’avais en premier temps cru que personne ne pourrait me voir, cependant après plusieurs minutes de vol j’avais entrevu un bateau au loin. Avec un Pavillon Pirate. Je trouvais ça extrêmement ironique dans la mesure où j’avais été un chasseur de prime dans ma « jeunesse» La question principale était de savoir s’ils étaient le genre de pirate exécrable que je tenais en horreur ou des pirates prônant la liberté et avec un minimum de savoir vivre. Leur bateau avait l’air en bonne état et il avait jeté l’ancre à quelques kilomètres de la côte. Ils avaient visiblement préféré la sécurité, même si le peuple primitif vivant sur cette île ne représentait aucun danger. Enfin ça ils n’étaient pas forcé d’être au courant. Le plus grand danger de l’île, s’était ces foutus piafs qui aimaient bien torturer les êtres plus petits qu’eux. M’écrasant lourdement dans le sable, reprenant ma forme de semi-géant. Les énormes marque laissé n’était pas très discrète mais bon. Je m’étais mis en route sur le bord de plage.

La nuit était vraiment belle, je n’avais même pas besoin de mes yeux draconique pour voir dans la nuit. La lune faisant office de lampe tellement elle était clair. C’était le calme plat, presque stressant. Je ne pouvais entendre que le clapotis des vagues sur le sable. Un long soupire s’échappa de ma bouche, un soupir d’aise. J’étais calme et sereins, cependant je n’étais pas venu sur cette île pour me prélasser sur le sable mais pour chercher des réponses sur mon passé. C’était le vide totale sur une bonne partie de ma vie et je voulais me souvenir. Me souvenir de ma famille, de ma vie. Je n’avais que quelques brides de mon passé. Je savais que j’avais été roi, que j’avais été amoureux, marié, père. Et qu’il été tous mort. Peut-être mon destin était-il de les rejoindre, cependant j’avais survécu malgré moi à toutes les épreuves que je m’étais imposé. Un petit détails m’interpella. Quelque chose se dirigeait vers l’île en volant. Visiblement de forme humaine et de petite taille. Ce n’était donc pas un Zoan Hybride, ou alors un Hybride d’un petit oiseau. Ah non je m’excuse, c’est juste qu’en prenant la comparatif à mon échelle c’est plutôt petit. J’étais intrigué. Qui ne serait pas intrigué par un objets volant non identifié.

Mes pas se dirigèrent vers la zone d’atterrissage approximative de la personne en question, et c’est après quelques minutes que mes yeux se posèrent sur une demoiselle. Elle était encore loin, mais la lumière naturelle me permettait de la voir comme en plein jour. Elle était plutôt belle. Un mal de crâne violent me fît ployer le genoux, plusieurs flash était en train de surgir dans ma tête, des souvenirs plutôt joyeux. Une magnifique femme blonde, ce n’était pas celle que j’avais en face de moi, j’en étais absolument sûr. Une autre attaque frappa bien plus violente. Je savais enfin qui était la personne blonde aperçu dans le première assaut. Une simple couleur de cheveux venait de me rappeler un des moments les plus important de ma vie.

~ « Monsieur Argatros, vous avez sérieusement gardé votre épée ? Vous êtes au courant que nous sommes à un mariage ? Ce n’est pas très … comment dire … raffiné ? »

« Evidemment, on ne sait jamais ce qu’il peut arriver, on est dans le nouveau monde mon ami. Et je sais que nous sommes à un mariage. Au dernière nouvelle c’est le mien. Et si un assassin essaye d’attaquer la future reine, je serai bien content d’avoir mon épée à côté de moi. Surtout que … je crois qu’elle porte mon héritier. Ou alors elle a juste grossis. Si vous saviez à quel point elle se gave de chocolat ! J’ai l’impression de vivre avec un ogre et je fais presque trois fois sa taille ! »

Mon corps entier était en train de trembler, je n’avais jamais eu aussi peur de ma vie. Tout était calme, il n’y avait aucun danger à l’horizon, et pourtant je ne parvenais pas à calmer mon rythme cardiaque. Le soudain son de l’orgue me fît sursauter. Et surtout revenir à la réalité alors que la grande porte du palais était en train de s’ouvrir sur un ange. Une longue chevelure blonde, une robe d’un blanc immaculé aussi pur que la neige tombant constamment sur l’île. Un seul sourire de sa part chassa toutes mes peurs. J’avais enfin repris le contrôle de mon corps, la voyant s’approcher lentement. Elle s’arrêta en face de moi « Sérieusement, tu as ton armure à notre mariage ? Tu aurais pu faire un effort ! » Un petit rire cristallin s’échappa de sa gorge, la laissant se rapprocher de moi « Je rigole, tu es super dans cette armure, même si c’est un peu sinistre pour un mariage. Mais bon, nos tailleurs sont trop petits pour prendre tes mesures » Mes yeux bleus se plongèrent dans les siens.

« Golgrim D. Argatros, Notre roi, L’homme que l’on surnomme aussi le Faucheur. Ou le Dragon. Et que j’appelle aussi mon meilleur ami. Accepter vous de prendre pour épouse Elysia Kyosa ici présente ? »

« Evidement que je le veux, c’est la femme de ma vie. Quel question. Je jure de la chérir et de la protéger même dans la mort »

« Et toi Elysia, Veux-tu prendre cette grosse brute pour époux ? A tes risques et périls ! »

« Je le veux oui, c’est le père de mon enfant après tout … »

Le plus grand sourire de toute mon existence illumina mon visage quand mes lèvres rencontrèrent les siennes après lui avoir passé une bague au doigts. ~

Je venais de reprendre mes esprits, la jeune fille ne m’avait pas encore remarqué, ce qui m’avait durée une éternité dans ma tête avait visiblement était très court dans la vie réel. Je m’approchais lentement, elle pouvait peut-être me permettre de me remémorer plus de chose. L’oiseau présent dans ses bras ne demanda même pas son reste prenant la fuite. Elle se retourna tout doucement vers moi, me regardant avec des yeux de hiboux. Visiblement elle n’avait jamais vu de semi-géant, ou alors d’armure complète. Visiblement elle n’était pas apeuré, c’était un bon point. Enfin du moins c’est ce qu’elle voulait faire croire en premier lieu. Un sourire nerveux barra son beau visage, et elle m’adressa finalement la parole.

- Heu... Bonsoir Monsieur ! Vous êtes drôlement grand ! Je pensais que père était le plus grand mais vous, vous l'êtes encore plus.

Son père devait sûrement être un grand homme alors. Un petit sourire illumina mes lèvres, elle avait l’air inoffensive. Mes gestes étaient lent pour ne pas l’effrayer. Retirant tout doucement mon casque.

« Bonsoir Mademoiselle. En effet je suis grand, je suis un semi-géant, il est normal que je sois grand. Je suis venu ici car une chose m’intrigue, mais je pense qu’il faut d’abord que je me présente. Je suis Golgrim D. Argatros, vous avez peut-être déjà entendu parler de moi dans certain livre. Si vous êtes propriétaire du bateau au large de la côté, je vous rassure je ne suis plus chasseur de prime. Donc, je voulais vous demander si vous étiez la personne que j’ai vu voler vers l’île. C’est rare de voir des personnes volante donc bon ! Bien évidement en échange vous avez le droit de me poser une question. Echange équivalent. Je m’excuse d’avance pour l’aspect effrayant de cette armure, mais, je ne la quitterais pas pour des raisons de sécurité. »

Un bruit attira mon attention. Un petit bruissement de feuille. Une personne normal ne l’aurait jamais entendu mais mon ouïe était aiguisé et à l’affut en permanence. Tournant discrètement mon regard vers les bois. Les feuilles bougèrent de nouveau. Nous étions observé par quelqu’un ou par quelques choses. Cependant il n’était pas la peine d’inquiéter la jeune demoiselle en face de moi. Mais bon elle n’avait pas l’air d’être une cruche elle finirait bien par s’en rendre compte elle aussi. Lui adressant un sourire amicale, mes yeux bleue fixant ses yeux vairons.

« J’ai parcourus le monde pendant des années, j’ai vu des choses magnifique et extraordinaire, alors si vous avez soif de récit et de connaissance, je vous en prie je serais prêt à vous répondre. Après tout vous m’avez déjà aidé. Alors je vous dois bien ça. Cependant les questions personnelles resteront entre nous. »

Membre d'Apocalypse
avatar
Dorikis : 800
Fruit du démon : Ryu Ryu no Mi
Berrys : 20110
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: En Route ! :: Blues :: South Blue :: Royaume de Torino-