Les étincelles d'une rencontre ! | ft. Nox

 :: En Route ! :: Blues :: North Blue :: Royaume de Flevance Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 1 Nov - 18:48

Les étincelles d'une rencontre !

Feat Nox Apostolica

C’est sur un pas assez hâtif qu’Elise quitta la taverne ce soir-là. Non sans se faire surprendre par la brise fraîche de la nuit qui s’était installée depuis plusieurs heures, elle sentit ses épaules se crisper malgré elle sous sa robe bouffante puis leva les yeux vers le ciel noir-encre spectaculairement recouvert par ses milliers d’étoiles. Il devait être environ 21 heures passées, et les boit-sans-soif de la taverne qu’on entendait rire à gorge déployée depuis l’entrée, étaient sans doute loin d’avoir fini de s’enivrer. Sans plus attendre, la blonde enjamba le corps d’un ivrogne sur qui elle manqua de trébucher, et qui dormait à poings fermés sur le pas de la porte. La belle ville blanche de Flevance se laissait doucement gagner par l’obscurité, et les lumières des habitations qui pouvaient aider à mieux y voir, semblaient s’éteindre les unes après les autres, n’arrangeant pas la chose.

Si Elise n’aimait pas beaucoup fréquenter les tavernes – car plus amatrice de thé que d’alcool, et n’étant pas particulièrement fan du tintamarre des lieux – elle s’y rendait de plus en plus souvent depuis qu’elle avait pris la mer et quitté son île natale. Les raisons étaient bien simples : Pour partir sur Grand Line, elle s’était contrainte à faire une collecte d’informations suffisante pour lui permettre d’y arriver à bon port. Car il faudrait être fou à lier pour s’aventurer sur ces mers périlleuses – qu’on surnommait le cimetière des épaves –, sans s’être renseigné et correctement équipé au préalable. Malheureusement, les plus à même de fournir ces renseignements étaient les pirates qui se ravitaillaient en vue d’initier leur long voyage, ou les soldats de la marine qui n’avaient pas beaucoup de temps à lui consacrer.

Ce soir-là, Elise s’était aventurée avec un but bien particulier en tête dans une petite taverne de Flevance, qui avait la réputation d’être plus fréquentée par des forbans que des civils. Comme prévu, quelques pirates s’y étaient rassemblés pour – d’après ce qu’elle avait compris en laissant traîner ses oreilles – fêter leur départ officiel vers Grand Line qui était prévu pour le lendemain. Au milieu du brouhaha qu’ils faisaient, quelle ne fut pas la surprise du barman lorsque la blonde alla s’asseoir élégamment au comptoir pour lui commander un thé au jasmin. Quoiqu’il en soit, elle ne comptait pas s’attarder plus longtemps ici : Elle avait projeté de leur dérober une carte, et un log pose ( leurs richesses seraient un plus ), et y était parvenue non sans devoir s’immiscer dans leurs festivités.

Craignant d’avoir été repérée, elle avait quitté les lieux assez rapidement, et s’était peut-être attiré les soupçons de quelques membres de l’équipage malgré leur état d’ivresse. En tous les cas, l’alcool était suffisamment monté à la tête du navigateur pour qu’elle parvienne à lui subtiliser un petit coffre, avec lequel elle repartit victorieusement. Pourtant, elle avait l’impression que ce n’était pas encore partie gagnée. Un peu perplexe, elle hésita à rejoindre directement l’auberge dans laquelle elle s’était installée. Le bruit seul de ses talons faisait écho dans ces petites ruelles, qu’elle empruntait hasardeusement en pensant être suivie. Enfin, elle finit par rejoindre un quartier chargé d’histoire. De jour, la belle ville de Flevance plaisait beaucoup à Elise, malgré son sombre passé à propos de la toxicité des minerais blancs qui lui avaient fait prendre son essor. De nuit en revanche, la demoiselle était parfaitement consciente qu’il n’était pas très prudent de pointer le bout de son nez dehors, sinon pour prendre le risque de faire de mauvaises rencontres.

Bien qu’elle était loin de se sentir en danger grâce aux pouvoirs qu’elle possédait, elle préférait éviter la bagarre. En outre, le risque zéro n’existant pas, elle pourrait à son tour tomber sur des utilisateurs de pouvoirs de Fruits du Démon qui lui feraient payer très cher ses petites ‘malicieuseries’. Et peut-être cela était-il le cas pour les deux lascars qui l’avaient prise en filature depuis un moment. « On dirait bien que mes craintes étaient fondées… » murmura-t-elle en les observant sur le reflet d’une vitre. À leur démarche, Elise devinait qu’ils étaient parfaitement sobres. Les deux gus, de stature imposante, la suivaient sans vraiment grande discrétion. La blonde était embarrassée : Est-ce qu’elle essayait de les semer ? Ou elle en venait directement aux armes ? Au final, ne la suivaient-ils pas ouvertement pour lui tendre un piège et lui faire croire qu’ils n’étaient que deux ? Le doigt replié sur la lèvre inférieure, elle prit le temps de réfléchir à sa conclusion. Enfin, un sourire ravi s’esquissa sur ses lèvres tandis qu’elle apercevait quelqu’un, au loin.

"Voilà ma chance. "

Vidant le petit coffre avec le plus de discrétion possible, elle enfouit tout son contenu dans ses vêtements, prit son inspiration puis… se mit à courir à toute allure vers un jeune homme aux cheveux noir de jais ! Élançant ses jambes aussi loin qu’elle le put, elle arriva à quelques mètres de ce dernier en à peine quelques secondes. Elle parvint à placer – même dans le feu de l’action – le coffret entre ses mains après lui avoir crié :

« Ils sont à nos trousses, faites attention ! »



En ni une ni deux, les deux grands gaillards s’élancèrent à sa poursuite en dégainant leurs armes blanches, bien qu’un peu surpris par la soudaine prise d’initiative de la part d’Elise. La blonde courut se réfugier dans l’obscurité d’une fente créé par deux bâtiments très proches l’un de l’autre, ayant au passage plus ou moins dissuadé les deux hommes de la prendre en chasse en faisant porter le chapeau à cet inconnu. De ce fait, elle put se risquer à observer la scène de loin, prête à intervenir au cas où celui-ci ne s’en sortirait pas, car malgré son coup bas, loin d’elle était l’idée de laisser mourir des innocents.

Le premier gaillard, excessivement maquillé et avec une gestuelle pour le moins efféminée, s’approcha à la hauteur du brun en se penchant vers lui :

« Dis donc mon chou, c’est pas joli d’envoyer une donzelle pour nous dépouiller. Gaspard n’est pas contente ! »

Gaspard, okama confirmé(e).


Le deuxième, légèrement plus petit et moins maquillé, mais malgré tout aussi efféminé que son compagnon, ajouta en plaçant son tomahawk sous le cou du jeune homme :
« Sois gentil mon mignon, et rend nous ce coffret. Sans ce qu’il contient, on peut pas partir sur Grand-Line nous. Je crois bien qu’une petite punition s’impose, même si ça me coûte de devoir abîmer un si beau visage ! Gaston est déçue ! »

Gaston, okama en devenir.


Même s’il pouvait paraître difficile de les prendre au sérieux, Elise suspectait que sous leurs vêtements colorés et ornés de froufrous, ces deux okamas dissimulait une force insoupçonnée. Après tout, ils n’étaient que deux. Peut-être le capitaine pensait que deux hommes suffiraient à régler le compte d’une jeune fille, mais laisser une chance à cette dernière de leur filer entre les doigts était pour eux un pari risqué. Comment cet inconnu allait-il s’y prendre pour se débarrasser de ces deux hommes ( ?), qui, de toute évidence, allaient lui passer un savon même s’il leur restituait le coffret volé ?

awful pour Epicode




Spoiler:
 
Pirate
La Princesse Romanesque
avatar
Dorikis : 970
Fruit du démon : Kisho Kisho no mi
Prime : 0฿
Berrys : 41230
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 7 Nov - 2:11


Une correction qui ne laisse pas de marbre

Ce n’était pas la première fois qu’il faisait un concert privé dans un coin perdu du monde mais là, ce n’était pas n’importe quel bled paumé, c’était un royaume tout de blanc vêtu. Une ile que l’on pourrait croire faite en marbre. Et ses techniciens, qui avaient installé la scène, avaient pris en compte ce fait. Ils avaient vraiment géré, ces enfoirés. Jamais il n’avait fait un show aussi éblouissant ! Tout le monde s’en était pris plein les yeux, lui y compris. Impossible d’y assister si t’étais épileptique, ça c’est sur.

Quoi qu’il en soit, malgré que son concert soit clandestin comme tous les autres, la salle était remplie encore une fois. Il avait pu répandre ses graines de rébellion dans la langue qu’il avait inventée, provoquant encore et toujours le Gouvernement Mondial de manière déguisé. Il pouvait ainsi se lâcher et propager sa rage contre l’injustice prédominante. Tout en restant mystérieux. Seuls ses fans les plus assidus pouvaient comprendre le sens des paroles de ses chansons. Il se protégeait ainsi des espions du gouvernement qui pourraient être infiltrés. Difficile de prouver que c’était lui la cause des quelques rébellions ayant explosé sur les iles où il était allé, peu de temps après ses concerts, comme par hasard.

Il s’en foutait pas mal, il était assez riche pour vivre dans son coin, protégé des répercussions de ses actes. Ce n’était pas qu’il ne souhaitait pas s’investir dans une vraie révolution, c’est juste qu’il préférait de loin mener la belle vie. Même s’il était sérieux durant ses concerts, que le message qu’il transmettait était vraiment sincère, en dehors de sous les projecteurs sa personnalité redevenait celle qu’elle était à cause du succès, celle d'un connard égoïste.

Ca se voyait notamment lors de la soirée qu’il organisa dans ses appartements juste après sa représentation. Il avait bu comme un trou, consommé de la poudre à outrance et copulé avec une demi-douzaine de catins. Une fin de semaine comme il les aimait.

Après cela, il était sorti dehors pour prendre l’air un peu, et admirer le ciel étoilé, comme à son habitude. Trébuchant sur un pavé, il se vautra par terre comme un vieux poivrot qui tient à peine  debout. Ayant la flemme de se relever, il resta là sans rien faire quelques minutes, les yeux tournés vers les perles de la nuit.

Quand soudain quelqu’un manqua de trébucher sur lui. Blasé, il se mit à quatre pattes pour se retourner et voir qui avait osé le salir encore plus qu’il ne l’était déjà. Avec tous les produits qu’il avait consommé ce soir là, il ne voyait plus très net alors il n’aperçut qu’une fine ligne beige, sans savoir vraiment ce que c’était.

Décidé à se bouger vu qu’il avait déjà commencé à se lever, il trainait son fond de bouteille avec lui, histoire de préserver son taux d’alcoolémie à un certain level. Marchant tout sauf droit, il erra dans les rues de Flevance avec sa musique toujours en tête. C’était son monde, son univers, il pouvait bien rester seul toute sa vie, jamais il ne se sentirait seul, parce que la mélodie de son âme divertissait son quotidien. Et puis il y avait le miroir de la Lune qui le connectait au reflet d’une certaine personne alors tout allait bien.

Une silhouette très proche, trop proche, apparut soudain dans son champ de vision, suffisamment à sa portée pour qu’il remarque sa poitrine un peu trop grosse pour une fille de sa carrure ! Il aurait plutôt vu un bonnet bien plus petit à la place (oui, il faisait une petite fixation sur les poitrines des filles, c’était ainsi). Peut être qu’elle avait quelque chose sous ses vêtements, ça expliquerait son ressenti. Bref, cette demoiselle en détresse s’en fichait pas mal de son avis, elle lui donna un petit coffre qu’il prit en main par réflexe, lui dit quelques mots que son cerveau ne parvint pas à traduire et elle s’en alla ailleurs, le laissant avec deux nouveaux arrivants assez douteux.

A tel point, qu’un énorme frisson parcourut son échine.

—Brrr… C’est quoi cette sensation horrible…

Les deux okamas furent enfin à quelques mètres de lui, suffisamment proches pour que la rockstar sente leurs parfums horribles et voit leurs maquillages hideux.

—Ah, je comprends mieux…

Son cerveau fit enfin la connexion, il venait de se faire avoir comme un bleu. La meuf qui venait de passer, en fait elle s’était débarrassée de ses poursuivants en lui donnant ce coffre bidon.

—Quelle pute !! Elle va voir… C’est ce coffre que vous voulez mes grandes ? Il est vide vous savez ?


Il jeta le coffre dans son dos d’un air nonchalant. Celui-ci s’ouvrit en percutant le sol, prouvant aux deux folles que notre cher ami ténébreux ne mentait pas. Bien décidés à récupérer le contenu, et le prenant toujours pour un complice, ils n’arrêtèrent pas leur assaut pour autant. Buvant cul sec tout le liquide restant dans la bouteille qu’il avait gardé, il la jeta derrière lui elle aussi avant de dire :

—Difficile de résister à mon corps de rêve j’imagine hein ? Aller, venez, j’vous prends quand vous voulez.

Malgré le fait que ses sensations soient engourdies de façon conséquente, l’adrénaline du combat à venir lui permit d’y voir un peu clair et de réagir de manière plus précise. Et puis, ce n’était pas son premier rodéo. Combien de fois s’était-il battu contre des têtes brulées ? Tellement qu’il ne comptait plus. A force, il avait acquis de l’expérience, et l’excitation lui donnait envie de frapper ses adversaires tout en faisant attention à ne pas être touché, c’était le défi qu’il se fixait à chaque fois. Mais il n’allait pas se retenir non plus. Quoi de mieux que deux tatas pour se défouler ?

Avec un sourire narquois sur les lèvres, il esquiva le premier coup de la folle à lunettes avant de lui foutre un bon coup de poing ascendant en plein dans la mâchoire. Voyant l’autre okama pâtissier arriver dans le coin de son regard, il continua son mouvement pour tourner sur lui-même complètement et donner de l’élan à sa jambe afin de frapper le gros lard bien laid en pleine face également.

—Bon, c’est fini ? J’ai une fessée à donner maintenant…
Membre d'Apocalypse
Black Star
avatar
Dorikis : 720
Fruit du démon : Bijo Bijo no mi
Prime : 0฿
Berrys : 38210
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 11 Nov - 21:51

Les étincelles d'une rencontre !

Feat Nox Apostolica

Ni Elise, ni les deux okamas, avaient pensé un instant que ce jeune homme – qui à leurs yeux, avait tout l’air d’un vagabond doublé d’un banal oiseau de nuit soiffard – détiendrait de pareilles aptitudes au combat, et à mains nues qui plus est. En deux trois mouvements, les forbans avaient été mis au tapis, leur maquillage salement ruiné par les coups que l’individu leur avait assené sans aucune retenue. Il fallait bien admettre que la blonde était agréablement surprise par la force de ce dernier car de cette façon, elle n’aurait pas à intervenir et pourrait repartir tranquillement avec le butin. Bien mal acquis ne profite jamais ? Pour notre archéologue, pas vraiment, mais étant donné qu’elle n’aimait pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, la demoiselle choisit de rester à observer la situation de la ruelle où elle se trouvait. Après tout, avoir la mort de ce jeune homme sur la conscience n’allait pas lui faire savourer sa propre victoire.

Lorsque les deux lascars reçurent les coups au visage – l’un de pied, l’autre de poing –, Elise ne put s’empêcher d’avoir mal pour eux, surtout lorsqu’ils poussèrent des cris aussi aigus que les siens. Vraisemblablement secoués par la violence du brun ténébreux, ils reculèrent tous deux de quelques pas puis se mirent à palper leur minois qui irradiait de douleur, et peut-être aussi par inquiétude vis-à-vis de leur maquillage si soigneusement travaillé. Leurs tomahawks tombèrent alors sur le sol dans un bruit sourd et métallique, et une fois que leur souffrance s’estompa, les lèvres colorés du dénommé Gaspard s’étirèrent lentement sous l’effet d’un sourire un peu vicelard :

« Ouh, j’adore les hommes qui ne se laissent pas faire. Tu es tout à fait mon genre ! Mais par contre… »
« Ce n’est pas encore fini mon mignon ! » finit Gaston en s’emparant subitement de son arme.

Ils étaient plus résistants qu’on ne pourrait le croire. Leurs jambes flageolantes en revanche, montraient que les coups les avaient fait méchamment sourciller. Le combat n’allait sûrement pas finir par arriver à son terme. Réalisant qu’ils avaient nettement sous-estimé leur adversaire (ou leur proie), les deux gaillards se placèrent prudemment autour du jeune homme. L’un se plaça derrière, l’autre devant. ( ͡° ͜ʖ ͡°) Plutôt que de frapper chacun leur tour, ces okamas pensaient qu’il leur serait plus profitable d’agir en parfaite synchronisation. Cette fois, les deux étaient bien décidés à en découdre. Quelle humiliation ce serait de perdre face à un seul adversaire qui n’était même pas armé ! Maintenant qu’ils connaissaient plus ou moins bien le style de combat de ce dernier, ils estimaient être capables de mettre ce beau brun au sol et lui infliger la punition méritée, plus pour le coffret volé, mais pour les coups au visage.

« Prête ma belle ? » cria Gaspard à l’encontre de ‘sa coéquipière’.
« Quand tu veux chérie ! » lui répondit-t-il en lui adressant un clin d’œil qui faisait froid dans le dos.

Soudainement, l’Okama à lunettes lança son tomahawk en direction du brun, qui tournoya dans les airs avant de passer juste au-dessus de son épaule. L’inconnu aux cheveux noirs de jais pouvait rapidement se rendre compte que cette attaque manquée était une diversion lorsque Gaston, juste derrière, se mit à lancer la sienne dès qu’il réceptionna agilement celle de son allié. Afin de ne pas accorder le moindre répit à leur compagnon de jeu, ils répétèrent l’opération qui s’apparentait à un ridicule numéro de jonglerie – et plus précisément d’ultimate – avec un rythme ( qui se voulait ) effréné, dans l’intention de l’amener à un moment ou un autre à faire un faux mouvement, et à recevoir au moins l’une des deux tomahawks lancées dans sa direction lorsqu’il tenterait d’en éviter une. C’est avec des « Par ici ! » de l’un suivis par les « Par-là mon chou ! » de l’autre que le spectacle fut cadencé. L’idée n’était sans doute pas mauvaise en soi, mais les deux okamas n’étaient clairement pas à la hauteur de cette petite manipulation qui nécessitait un jeu de mains plutôt agile. Leur maîtrise un peu moyenne de ce jeu-là se faisait notamment voir à travers la maladresse de leur gestes, et le fait qu’ils lui laissent pas mal d’ouvertures.

De son côté, Elise hésita à intervenir. Toujours tapie dans l’ombre, elle observait la scène, un peu dubitative. Selon elle, cet individu semblait suffisamment fort pour contrer les mouvements grossiers de ces deux pirates et les battre à lui seul en esquivant leurs hachettes lancées à tout va. Mais d’un autre côté, elle n’en était pas assez sûre pour pouvoir prendre la poudre d’escampette maintenant. Bien qu’elle savait pertinemment qu’elle aurait moins de problèmes par la suite si elle détalait avant la fin du combat, elle décida finalement de donner un peu d’aide… de loin bien sûr. Après tout, il fallait bien reconnaître que ce jeune homme vivait cette expérience désagréable par sa faute. Était-ce un moyen de se racheter ? Pas tout à fait. Plutôt une façon de ne pas se torturer l’esprit davantage sur ce qu’il allait advenir de cet ‘innocent’ qui n’avait de toute évidence, rien à voir avec ses affaires.

Dans cet état d’esprit, la blonde généra un livre d’un mouvement de bras, qu’elle fit léviter juste derrière le dénommé Gaston pour le faire retomber juste derrière lui afin de détourner son attention. Ce qui fonctionna. Sentant et entendant le bouquin s’écraser juste derrière lui, il se retourna vivement, laissant malgré lui au brun une opportunité de frapper en cessant d’envoyer sa hachette à son compère…

« Voilà qui est fait. Et maintenant je n’ai plus qu’à m’en aller discrètement… »


awful pour Epicode


Pirate
La Princesse Romanesque
avatar
Dorikis : 970
Fruit du démon : Kisho Kisho no mi
Prime : 0฿
Berrys : 41230
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Hier à 15:44


Une correction qui ne laisse pas de marbre
Si ça ce n’était pas un style de combat ivre d’enfer, il ne savait plus quoi inventer. Avec un talent digne d’un bagarreur endurci, Nox avait réussi à dégommer ses deux adversaires avec un minimum d’efforts et en peu de temps. Mais en vérité, la première esquive n’en était pas une, il avait juste trébuché pile au bon moment. Sans ça, le combat aurait été tout autre... Et il n’y avait même pas de casino aux alentours pour profiter de sa chance de cocu !!

Heureusement pour lui, les évènements s’étaient enchainés de façon favorable. Grace à sa première esquive, il avait reçu une pulsion d’adrénaline qui lui clarifia l’esprit, permettant à son poing d’aller rapidement retrouver la mâchoire adverse. Puis il s’était imaginé l’âme d’un danseur okama pour assener le coup de pied suivant (n’allez pas croire que le style des deux branleuses en face lui donnait envie pour autant, n’est-ce pas).

Maintenant qu’il voyait ses deux adversaires se relever, la rockstar se disait que la suite n’allait pas se passer aussi facilement qu’avant. D’autant plus qu’il voyait leurs jolis tomahawks dans leurs mains, ça n’annonçait rien de bon. L’adrénaline commençait à retomber, l’alcool revenait de façon brutale, lui donnant presque le tournis. Ce n’était pas gagné. En plus, les deux gugusses se synchronisaient et attaquaient en chœur, pour ne lui laisser aucun répit.

Rapidement, Nox reçut sa première entaille à la cuisse, il n’arrivait plus à esquiver aussi bien qu’avec son coup de chance. L’avantage c’était que l’adrénaline reprenait les rennes. Mais ce n’était pas assez, les armes volaient trop vite autour de lui sans qu’il n’ait le temps d’assimiler ne serait-ce qu’une des deux trajectoires. Deux autres entailles firent couler son sang au niveau de ses épaules. Heureusement, jusqu’à présent il arrivait à éviter que ses plaies soient trop profondes. Mais il fallait trouver une solution pour en finir, et vite. Ça commençait déjà à le souler sévère !!

Il ne pouvait pas vraiment bouger à cause du rythme soutenu des attaques des okamas, et avec tout l’alcool qu’il avait dans le sang, il ne se rendait même pas compte à quel point ces dernières étaient brouillons. Heureusement, il eut l’occasion de placer une attaque lorsqu’un élément extérieur se présenta entre les trois combattants.

C’était un livre. Mais pas n’importe quel livre, un livre qui vole ! Il s’amusait à virevolter dans les airs autour de l’okama pâtissier avant de se suicider en plongeant vers le sol d’un coup. La distraction générée puis le bruit sourd provoqué par sa chute eut raison de la concentration des deux jongleurs. C’était l’occasion parfaite pour achever ce combat grotesque. Nox se motiva autant que possible et fonça vers l’ennemi le plus proche !

Il en avait vraiment marre de se retrouver dans ce merdier alors qu’il n’avait rien demandé, de recevoir des blessures pour un motif inexistant et surtout, de ne pas pouvoir dormir à cause des mouches qui lui tournaient autour. Tout cela lui donnait la rage, à tel point qu’il allait tabasser à mort les deux nuisances et surtout, qu’il allait se venger, oh oui il allait se venger auprès de la fauteuse de trouble. Et justement, elle venait d’indiquer sa position avec la création de son livre. Il devinait qu’elle se trouvait dans l’impasse d’à côté. Alors il mit toute sa force dans son coup de poing et il pulvérisa la dentition du patissier, puis il le prit par le col avant qu’il ne s’écroule et tournant sur lui-même, il propulsa son projectile humain sur son compère !!

Mais il échoua. Sa cible était plus loin qu’il le pensait. Faisant comme si tout était prévu, Nox tapa un sprint en direction de la baleine échouée puis il l’utilisa en tant que tremplin pour bondir sur son autre proie, qui avait beau lancer son tomahawk pour se protéger, la panique lui avait fait manquer sa cible de peu. De toute façon, la rockstar était tellement énervée qu’elle continua sa route sans faire attention au projectile et elle ne trouva rien de mieux que de foutre un bon gros coup de boule à la folle à lunettes. Avec le visage du beau gosse aussi près, cette dernière serait tombée dans les pommes même sans le choc contre son crâne.

Tombant par terre en même temps que Gaspard, Nox se releva aussi vite que possible, par dégout, avec les forces qu’il lui restait. Crachant sur le peu de maquillage qui restait à l’okama à lunettes, il prit une légère pause pour reprendre son souffle avant de courir en direction de la donzelle au buste rembourré.

-TU VAS SOUFFRIR GROGNAAAAAAAAAASSSE !!!!

Arrivant à toute vitesse à l’impasse où devait se trouver la renarde, il ne vit personne. Tournant la tête de tous les côtés, il aperçut brièvement une fine ligne beige. Cela lui rappela quelque chose, il ne savait plus d’où mais il décida de suivre la seule piste qu’il avait, confiant que c’était la bonne.

Elise ne pouvait pas s’enfuir plus longtemps, elle avait beau se cacher, Nox lui attrapa le bras d’un coup, comme un démon sortirait de l’ombre pour s’emparer d’elle. Avec un rire bien machiavélique.

-MWAHAHAHAHAHAHA, j’t’ai eu p'tite salope, t’as cru pouvoir m’entuber en me refourguant tes sbires mais hey, j’suis plus solide que ça t’sais. Tu vas voir ce que tu vas prendre !!

Et là, sans s’y attendre, ses jambes le lâchèrent et il posa le genou à terre, se tenant à elle en dernier recours pour ne pas tomber. Mais finalement, son visage plongea dans son décolleté avec force si bien qu’ils pourraient tomber tous les deux si elle ne faisait pas gaffe. Entre son alcoolémie bien prononcée,  le sang qui s’était écoulé de ses nombreuses entailles et la fatigue, tout cela avait accentué sa chute…

Membre d'Apocalypse
Black Star
avatar
Dorikis : 720
Fruit du démon : Bijo Bijo no mi
Prime : 0฿
Berrys : 38210
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: En Route ! :: Blues :: North Blue :: Royaume de Flevance-