Liang Vs Wild - La terre de feu [FB]

 :: En Route ! :: Blues :: South Blue Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 30 Oct - 16:39
ft.
Moi
Même
Réveil au milieu de nul part
Je ne sais pas comment j'avais atterri ici, ce dont je me souviens c'est d'avoir été sur la mer de South Blue, ma petite barque tenait encore bien le coup et visiblement elle était toujours opérationnelle. Elle était sur le flanc à côté de moi, complètement intact. Une aubaine. Je me relevais doucement, faisant craquer mon dos dans un bruit sinistre. Chacun de mes os était à l'agonie, courbature, point de côté. J'étais visiblement en train de manquer d'eau. Mes yeux s'étaient enfin habitués à la lumière. Regardant autour de moi afin de voir et de me faire une idée de où j'avais échoué. Du sable, du sable et encore du sable. Et surtout une chaleur visiblement assez forte pour faire cuire un œuf. « Bon la chaleur je m'en fou, je suis du feu, mais comment je me suis retrouvé ici ? »

Je commence à me rappeler maintenant. C'est à cause d'une énorme vague et de beaucoup de malchance. Je me souviens avoir essayé de m'en échapper en passant dans le tube, mais ce petit bateau n'était pas assez compétent pour ça. Un miracle que ce petit navire s'en soit sortie sans égratignure. Cependant, je ne pouvais pas partir tout de suite, mon corps n'était clairement pas remis de sa mésaventure. Je devais d'abord trouver de quoi boire et de quoi manger. La priorité pour une personne normale sous une chaleur comme ça, est de trouver à boire. Plusieurs options s'offre à moi. C'est un désert, il y a forcément de quoi boire. C'est juste que l'eau ne remonte en surface qu'à de rare endroit nommé oasis. Cependant, les cactus sont aussi des réservoirs d'eau, bien que certain contiennent des poisons hallucinogène.

En temps normal avec les pouvoir de mon Logia j’aurais pu faire évaporer l’eau de mer afin de récupérer l’eau uniquement en enlevant le sel, cependant c’était chose impossible, n’ayant rien pour retenir l’eau s’évaporant. En effet le sable ne constituait pas vraiment une bonne ressource, le mieux étant de la terre sèche faisant office de barrage à la vapeur qui pouvait ensuite retomber dans une feuille servant de ballon. Le sable pouvait aisément retenir l’eau après évaporation, mais le temps d’attente pour que le sable s’égoutte et surtout le gout de l’eau après cela ne me tentait pas vraiment. Le meilleurs moyen de survivre étant de trouver un chameau. Pouvant servir tout d’abord de monture, puis de nourriture et de boisson. Cet animal conservant plusieurs litre d’eau dans ses bosse.

Je ne pouvais pas rester immobile, malgré que je sois fait de feu, je devais quand même subvenir au besoin d’un corps humain, et sans eau, j’allais sûrement mourir d’ici quelques jours. Bien que ce soit douloureux et désagréable je devais donc me mettre en route. En effet, vu la position du soleil il était dans les environs de midi, et donc, le soleil était en train de taper au plus fort. Toute personne normal doit se couvrir de la tête au pied dans ces cas-là, afin de ne pas attraper de coup de soleil douloureux qui entraverais la progression, de plus la chaleur du sable peut-être très dangereuse.
C’est donc vers le milieu du désert que j’allais me diriger, de toute façon, je n’avais pas vraiment d’autre destination et je devais chercher soit un cactus soit une oasis. Et si je tombais sur une oasis je tomberais sûrement sur une ville, avec des chameaux. Ce qui me permettrait facilement de me reposer le temps de reprendre mes forces avant de repartir.


Pirate
avatar
Dorikis : 1600
Fruit du démon : Mera Mera no mi
Prime : 0฿
Berrys : 74430
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 31 Oct - 11:23
ft.
Moi
Même
Le gros scorpion
« BORDEL DE MERDE ! » J’étais en train de courir, plus vite que ce que je pensais d’ailleurs. Il faut vous souvenir que les déserts sont des endroits dangereux et que chaque être vivant qu’il y a dedans essaye de vous tuer. En l’occurrence j’avais voulu attraper une serpent à moitié mort pour le faire cuir et le manger. Je vous jure que c’est bon, une fois les écailles enlevé et le corps cuit, ça a le goût de poulet. Seulement pour le coup c’était un appât. En effet au moment où je me suis approché du serpent, il a commencé à bouger de façon… plutôt bizarre. Il a disparu sous terre et en est ressorti sous forme d’un scorpion géant. Et quand je vous dis géant, je ne rigole pas le moins du monde. Il faisait bien cinq ou six mètre de long le bougre. Le serpent servait d’appât pour des proies plus grosse. Quel ingéniosité.

Il me dévisagea un long moment de ses six yeux, il avait d’évalué le teneur en calorie de mon corps. Un sourire timide, un regard derrière moi. Il était temps de courir. Prenant mes jambes à mon cou, entendant le bruit horrible de ses pattes contre le sol et ses mandibules s’agitant sauvagement pour essayer de m’attraper. Me retournant de temps en temps afin de voir s’il arrivait à gagner du terrain. Je n’aurais peut-être pas dus le faire une fois de plus. Sa pince m’envoya valser dans le sable avec une violence inouïe. Un râle de douleur s’échappa de mes lèvres, suivi d’un petit filet de sang, pour le coup mon intangibilité aléatoire n’avait pas marché.

« Espèce de saloperie d’insecte à la con. Je te jure que je vais t’irradier de la planète, te cramer jusqu’à que tu n’aies plus que ta carapace. Je vais bouffer chaque coin de ton corps, sauf peut-être ta glande a venin. Et je me servirais de tes pinces comme hache pour couper les cactus ! Les scorpions, je me demande si tu as le même goût qu’un serpent »

Deux flamme se formèrent dans mes mains, regardant mon adversaire avec des yeux emplis d’appétit. Il était l’heure de passer à table. Fonçant vers mon adversaire avec rage, je me penchais pour esquiver un coup de pince ravageur, entendant ses dernière claqué comme une piège d’acier mortel au-dessus de ma tête. Un poing enflammé atteignit l’œil du monde, lui brûlant son premier œil jusqu’au cendre. Il ne m’en restait plus que cinq. Sa mandibule se referma sur ma tête, je me baisser à la dernière seconde, presque trop tard. Sans mon intangibilité j’aurais fini scalper, fort heureusement, le facteur aléatoire de mon logia avait était avec moi pour m’éviter la mort cette fois-ci.

« Bon c’est pas que tu commences à me faire chier mon pote, mais t’es un peu lourd ! » Faisant plusieurs bond en arrière pour prendre de la distance, j’allais faire sûrement une de mes techniques les plus puissantes à mon niveau actuelle. Bien qu’elle soit simple, la distance de feu était assez efficace et m’offrais pas mal de protection « Highway to Hell ! » Faire toute une route m’aurais pris trop d’énergie, c’est donc deux trait de feu semblable au trace de pneu d’un véhicule qui fusèrent en direction de mon ennemi. Une fois arrivé à la hauteur de ses pattes, les deux lignes gagnèrent en hauteur, venant brûler sévèrement les membres du scorpion, l’obligeant à s’arrêter et s’affaler de douleur, tortillant ses pattes dans tous les sens. Un sourire victorieux éclaira mes lèvres. Calmant ma respiration, il était temps de faire mouche à cinq reprise puis il ne me resterais plus qu’à l’achever comme un insecte. Cinq balle de feu, une pour chaque œil.

Un grognement perçant s’échappa de ses mandibules, et son énorme queue commença à taper de façon aléatoire autour de moi, provoquant d’énorme trou dans le sol. Je me mis à courir, en regardant en l’air pour prévoir ou aller taper son dard empoisonné. M’arrêtant finalement au niveau de sa tête. « J’espère que t’es bon, car ça va me coûter cher en énergie de te faire cuire » Sa seule réponse fût une longue plainte d’agonie, j’aurais presque put être attendrie si je n’avais pas autant eu la dalle. Posant ma main sur le haut de son crâne , son corps s’embrasa. Commençant à cuire tout doucement. Et dans un dernier souffle, cet enfoiré, ne voulant pas être mangé, s’était empoisonné. Son dard venait de s’enfoncer dans sa carapace, rendant sa chaire immangeable. « Je te hais foutu insecte … »

C’est donc bredouille que j’ai repris ma route à travers le désert. La langue pendante, mourant de soif De plus ce foutu combat n’était pas à mon avantage. Il m’avait pompé pas mal d’énergie aussi. Un sourire fît craqueler mes lèvres sèche en apercevant quelqu’un, peut-être signe d’une ville proche. De plus je pouvais sentir l’odeur d’un repas en train de cuir. Que de chance, je devais juste me débarrasser de ce boulet s’entrainant au milieu d’un désert afin d’avoir mon repas.



Pirate
avatar
Dorikis : 1600
Fruit du démon : Mera Mera no mi
Prime : 0฿
Berrys : 74430
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: En Route ! :: Blues :: South Blue-