L'orage est proche

 :: En Route ! :: Blues :: East Blue :: Shimotsuki Town Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message




L'orage est proche!






La lune haute dans le ciel servait aux âmes perdues de phare dans cette obscurité. Il n’était pas rare de voir une fois la pénombre en place, des gens glisser des regards en direction du voile parsemés d’étoiles, un bref murmure aux lèvres. En cette nuit d’automne le vent doucement se mêlait au gens. Caressent leur visage et fouettait violement, les volets des fenêtres. Cette brise porte en elle l’odeur de la mer. Douce et salé qui rappel tant de nostalgie aux marins. Si le vent était homme, il pourrait nous murmurer à l’oreille l’instant d’un sifflement son histoire. Lui qui danse avec l’eau et le ciel, ne possèdent aucune limite, aucune longévité.

Assise sur les marches de bois, devant l’entrée d’une vieille taverne, mon regard absent se perd dans les tons qui compose le ciel obscur. Mes doigts délicats retiennent la bouteille de Rhum qui par le changement brusque de température, rissole d’eau qui meurt sur le sol. Humidifiant alors ma main qui inconsciemment tourne légèrement la bouteille brunâtre, créant alors une vague avec le liquide. Les gens circulent dans la rue, continent alors leur vie nocturne. Certains regards me sont accordés, mais mon attention est dirigée vers le ciel. Ces étoiles si belles, si brillante sont si loin et si intouchable qu’elles deviennent rapidement un endroit ou se perdre. Portant alors la bague de la bouteille à mes lèvres, je laissai le liquide tempéré doucement coulé.

La chaleur de ce dernier fut rapide et créa sur mes lèvres un petit sourire. La nuit était déjà avancée et bientôt une heure que j’attendais sur ces planches. La patience n’y était plus, me redressant alors, mon regard quitta le ciel a la recherche des hommes que j’attendais. Malheureusement, personne ne semblait venir à ma rencontre. Terminant ma gorgée en soupirant, je retournai à l’intérieur. Les gens étaient plus nombreux qu’a mon arrivé, une forte odeur de tabac se mariait avec l’odeur de l’alcool et de sueur. En cette soirée de festivité, la taverne était bruyante. Les conversations se mélangèrent les unes avec les autres pour former un bourdonnement identique à un nid de guêpe. Légèrement découragé, mon regard flamboyant chercha un tabouret de libre. Heureusement, les places au comptoir était libre d’âme vivante, les gens c’étaient regroupé autour des tables, chose normale.

Je pris donc rapidement la direction de la place que j’avais en visuel, un petit tabouret tout à fait normal, passant entre les tables. Prenant place je déposai la bouteille presque vide sur le comptoir de bois. Le Jable émit un bruit violent lorsqu’il entra en contact avec le vieux bois, ce qui attirai rapidement l’attention du tavernier. Un homme, plutôt âgé, son regard bleuté était légèrement caché par des cataractes, son visage était preuve des dures épreuves de son passé de marin. Ce dernier me fit un petit sourire, entre ses dents, se trouvait un petit morceau de bois. Ce dernier le pris avant de venir s’appuyer contre le comptoir en face de moi. Il me dit d’une voix creuse; ‘’ Alors, finalement tu passes la soirée ici, tes amis ton laissé derrière?’’ Un petit sourire vu le jour sur mes lèvres avant de prendre de nouveau une gorgée du liquide réconfortant avant de regarder le visage des gens dans la taverne. Aucun visage ne m’était familier. Reportant alors l’attention sur le tavernier, je poussais un soupire ‘’ Ta tout comprit, tu veux bien me redonner une bouteille… ‘’ Connaissant alors son bar par-cœur, il s’étirai simplement le bras avant de venir prendre une bouteille la déposant contre le bois du comptoir, d’un mouvement sec du poignet il fit glissé la bouteille jusque devant ma personne. Un petit sourire flottait toujours sur mes lèvres et il retournait alors à ses occupations en disant simplement ‘’ Garde ton sourire Aya, tu vas bientôt repartir.’’

Bientôt deux mois, que j’étais prise sur cette île, sans contrat, sans raison de partir. Le temps était long, loin de la mer et pour seul compagnon, la solitude. Froide et silencieuse, elle fait sentir sa présence. Terminant alors la première bouteille de rhum d’un mouvement rapide, je pris un grand respire reportant le corps mort contre la table de bois. L’ennui était grand dans ce petit village et je me sentais blasé. Prenant la nouvelle bouteille je glissais cette dernière contre le comptoir, sans l’ouvrir. La chaleur de cette dernière gorgée était encore présente et les joues avaient légèrement changé de couleur. Mon but n’était pas de devenir ivre rapidement, simplement d’engourdir l’ennuis.

© Jawilsia sur Never Utopia
Pirate
La Rose des Vents
avatar
Berrys : 140050
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Sep - 13:39
Hop
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message



L'orage est proche!




 

Les discussions dans ce lieu étaient tel un le bruisellement des feuilles par le vent, incompréhensible. Déjà trois semaines passées depuis mon arrivée imprévue sur l’île et l’étaux commençait à resserrent son emprise sur moi. Mon code m’empêchait de rester longtemps sur une île, car j’avais plus de mal à quitter ces dernières, surtout si je m’entendais bien avec les habitants. Et c’est ce qui me déprimais un peu, la première semaine c’était bien passé dans la solitude et le silence. Tout avait basculé lorsque je m’étais fait une amie et que j’avais perdu cette dernière, mais cela c’est une longue histoire.  Et déjà trois semaines c’était écoulées sans même que je ne le remarque. La mer m’appelait, mais je ne pouvais répondre à sa demande. Mes doigts glissèrent sur la bouteille température pièce, avant de venir doucement la faire tourner pour créer un tourbillon avec le liquide épicé. Un sourire indescriptible flottait sur mes lèvres et mes iris teinté de rouge semblait se perdre dans le tourbillon a peine visible par le verre marron de cette bouteille.

Oh Solitude, toi qui entoure les gens de ton manteau froid et lourd de sens, pourrais-tu une fois m’ignorer ? Assise sur ce petit tabouret, mon regard vide se perdait au fond de mon breuvage d’oubli. L’alcool, brunâtre semblait inoffensif au premier regard, mais attention son pouvoir est grand une fois consommée. N’allez pas penser que je suis un alcoolique dans l’âme, mais une bouteille ou deux n’ont jamais tués personne. Du moins de ma connaissance. Si seulement, j’avais pris le temps d’écouter mon instinct, je ne serais probablement prise sur cette île depuis trois semaines. L’envi de quitté l’île était de moins en moins présente.

Profitant alors du calme qui se déroule au comptoir, contrairement au tumulte qui s’élevait dans cette taverne remplis de gens ivre, mon esprit doucement s’envola. Les images de ce matin remontent dans le court d’actualité. C’était un matin, banale et sans éclat, un jour comme les autres. Depuis mon arrivée sur cette île, j’avais pris l’habitude de me rendre au port afin de guetter les navires et vendre ma salade. C’est vrai ! Je suis une navigatrice de talent, mais il est dur de trouver des contrats de nos jours. Les gens ne me connaissent pas encore, donc ils ne m’accordent pas confiance et je les comprends. Cependant, l’espoir fait vivre, donc je passais tous mes matins au port à aider les pêcheurs ou à simplement discuter avec les marins. Ce matin, un navire venait d’arrivé, je croisai un homme qui se disait capitaine. Il était Plutôt grand avec une sale gueule, en prenant du recul, j’aurais dû me méfier de son sourire en coin et de ces vannes à deux balles. Il se disait être un honnête marchant, cependant il était clair qu’il ne l’était pas.  Il cherchait à remplacer un membre de son équipage qui avait accidentellement perdu la vie, lui demandant plus de détaille sur la mort de son membre d’équipage, ce dernier m’avait répondu par un simple rire creux avant de passer une main dans ces cheveux grisonnant. Tout pour vous mettre allaise.  Bref, le capitaine m’avait fait une offre qui ne se refusait point. Une rémunération basée sur les jours passés en mer et non sur le nombre de destination.  Une chance pareille ne se reproduit pas deux fois. J’ignore encore pourquoi, mais l’honnête marchant ne c’était jamais pointé au rendez-vous et me voilà seule sur ce banc.

Puis, dans le chaos de mon esprit, une voix lointaine me fit tourner la tête. Un homme avec un jeune enfant avait pris place au comptoir. Ce dernier semblait s’avoir adresser à moi, mais comme toujours je n’avais pas fait attention. Un petit sourire vu le jour sur mes lèvres avant que mon regard ne se pose sur la vodka que ce dernier semblait me proposé. D’un mouvement calme, je déposai le jable de la bouteille contre le vieux bois, puis sans hésitation, je pris la bouteille encore froide que le jeune homme m’offrait. Une personne avisée n’aurait probablement pas accepté, mais le suis-je? Entourant le fût de cette bouteille au liquide cristallin, mon regard se plongea dans les yeux de l’homme avant de prendre une gorgée de l’alcool. Le gout et la férocité de ce dernier était bien différent que le rhum que j’avais l’habitude de prendre. La chaleur descendante me fit légèrement toussé avant de remettre la bouteille à son propriétaire ‘’ C’est peut-être de la pisse, mais je peux en prendre plus sans être ivre rapidement, si je m’enfile une bouteille de ton truc je vais tomber à la renverse avant que le jour ne se lève ‘’ Les joues légèrement rosé par la chaleur de cet alcool et un sourire tranquille sur les lèvres.  Mes yeux teintés de rouge ne quittaient pas le regard de ce nouveau venu. Vous savez, j’ai vu beaucoup de gens lors des voyages en mer, je ne m’étonne donc pu des particularités de certains. Le balafré ? Ce surnom lui colle à la peau! Cependant, je trouve que cela lui donne un charme mystérieux.

Puis, le silence tomba rapidement dans la taverne, alimentant encore plus ma curiosité. J’avais complètement oublié d’écouter les paroles de l’homme perdu dans son regard et dans mes pensées. Mon nez se plissa un moment, le temps que je repense à ces paroles. L’homme devant moi, venait d’affirmer haut et fort qu’il était un pirate. Je pouvais sentir les regards remplis de haine tourné dans notre direction ce qui alimentait encore plus sur mes lèvres un sourire. Mon coude vient alors prendre place sur le comptoir et mon menton prit appui dans ma main, mes cheveux libres fit la vague pour venir légèrement sur le bois ma tête fit une petite inclinaison et j’observais curieusement l’homme en question qui se trainait un gamin. Le jeune enfant était assis de l’autre coter, caché par le physique de l’homme, mais je pouvais bien sentir sa surprise devant la révélation de l’homme. Ce dernier avait terminé son jus de pomme et fixait le balafré.

Mon regard flamboyant retourna donc sur le visage de l’homme, ce dernier parlait de sa condition avec un étincelle dans le regard. Un sourire rieur vu le jour sur mes lèvres avant de venir glisser de nouveau mes doigts autour de la bouteille de Vodka de l’homme et la porter doucement à mes lèvres. Je pris une simple lapé question de gouter de nouveau avant de glisser la bouteille dans sa direction. Un petit silence régna après sa demande, j’aimais bien laisser flotter le mystère, mais surtout le temps d’analyse était beaucoup plus long lorsque j’avais bu.  ‘’ Tu vois justement, je cherchais un contrat de travail, tu tombes plutôt bien’’ Je repris la bouteille de Rhum qui dormais devant moi avant de la secoué un peu pour y faire naitre de nouveau un ouragan, plongeant mon regard dans les tourments de cette bouteille ‘’ Des similitudes… ? ‘’ Je portais la bouteille à mes lèvres prenant de nouveau une gorgée avant de laisser bruyamment cette dernière se reposer sur le comptoir et de retourner mon regard dans ces yeux ‘’ Si tu as besoin d’une navigatrice, j’adapte mes tarifs selon les demandes’’ Je marquai une pause avant d’accorder un regard en direction des gens qui parlaient à mi-voix, un petit soupire vu le jour sur mes lèvres  qui se changea rapidement en sourire.


© Jawilsia sur Never Utopia
Pirate
La Rose des Vents
avatar
Berrys : 140050
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 20 Sep - 1:18
Hop
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message



L'orage est proche!




 

Le Ricanement de l’homme qui se proclamait pirate, fit naitre sur mes douces lèvres un petit sourire en coin. Le menton toujours soutenu par ma main qui se trouvait contre le bois de ce vieux comptoir, je le fixais cherchant à voir derrière ces yeux. J’ignorais les mots prononcés qui avait fait naitre chez lui ce rire franc. Ce dernier, fit naitre en moi un sentiment de bien-être, comme si le son de se gloussement avait une petite note rassurante. Il y avait si longtemps que je n’avais pas fait rire une personne que je me perdis presque dans ses paroles. Vous savez, j’avais souvent l’habitude de voir des gens qui se prenaient pour d’autre, mais celui-ci me semblait différent. Mes doigts glissèrent de nouveau sur le verre humide de la bouteille de Rhum qui variait de plus en plus de température. Machinalement, je vins mordiller ma lèvre inférieure. Il y avait tant de question dans mon esprit et l’alcool venait brouiller le tout. Selon moi, il fallait des couilles pour affirmer ne rien avoir, même pas un bateau.

Mon regard alla un moment sur ces lèvres pendant qu’il parlait, plongé dans mes pensées j’écoutais ses paroles cherchant à faire le tri dans ces paroles plutôt flatteuses. Il est important dans mon métier, de faire la différence entre les gens qui cherche à te manipuler et les gens qui parlent du cœur. Malheureusement pour moi je n’arrive pas à faire la différence et fonce toujours tête première dans les problèmes. Soudainement, la porte s’ouvrit brusquement, laissant entrée un tourbillon de vent frais du soir. Mon regard quitta tranquillement le regard de mon interlocuteur pour se placer sur le nouveau venu. Dur de ne pas comprendre que ce phénomène était un membre de la marine par le couleur de ces vêtements et sa large casquette parfaitement placé sur sa tête. Ce dernier semblait même regarder les gens de haut, signe qu’il devait occuper une place importante. Je retiens un moment mon souffle, j’avais fait attention de rester calme sur l’île, il ne devait probablement pas venir pour moi, mon regard alla donc sur mon compagnon de vodka qui semblait le connaître. Étant de nature observatrice, je restais assise sur ma chaise, le regard allant de l’un à l’autre. La discrétion était un art important dans les situations complexe. Je profitai alors de leurs petites conversations, pour aller prendre la bouteille de rhum. Mes doigts entouraient alors le fût et je restais immobile. J’étais rassurer d’avoir mes bracelets de métal relier à mes quatars caché dans mes manches. Si vous aviez été proche de moi, vous auriez eu la chance d’entendre mon cœur battre bruyamment. La peur c’était mélanger avec l’excitation du moment, les deux semaines passées sur cette île à tourner en rond m’avait plongé dans un ennui profond.

La fin de la phrase du jeune homme semblait lointain, mon regard était désormais fixé sur les marines qui étaient plutôt nombreux. Je me fais facilement des scénarios dans mon esprit et le scénario que j’avais présentement à l’esprit était simple, la marine m’avait vu assise avec lui, donc j’avais de forte chance d’être prise pour sa complice. Ce qui pouvait être plutôt amusant, mais avant même que je ne puisse répondre, les marines pointa leurs armes dans toute les directions possibles. Comme si les civiles n’avaient pas de valeur. Devant cette vision, je serai les dents, les yeux remplis de rage.  La rage disparue rapidement de mon regard qui fut remplis d’incompréhension, Asimov c’était rapprocher s’allumant alors une clope, ce qui à mes yeux ressemblait bien à un geste de provocation. Un petit sourire vu le jour sur mes lèvres, il avait du style, fallait bien l’avouer. Est-ce, ce geste qui fit partir le premier coup de feu dans sa direction? Malgré mon sursaut, je fis mon possible pour garder les yeux ouverts. Je ne compris pas du tout ce qui venait de se produire… Le jeune homme prit pour cible réagit avec une grande rapidité expédiant alors celui qui avait fait feu dans sa direction par un coup de talon. C’est à cet instant que je compris qu’il n’avait rien avoir avec les autre clients que j’avais eu. Il possédait quelque chose de puissant… Devant se coup féroce, j’étais figé sur le tabouret. Avant même que je me redresse pour me mettre à couvert, je fus projeté sur le sol par le garçon qui avait rapidement retourner une table pour nous protégés. Il serrait les dents et fixait la scène avec des étoiles dans les yeux. Les marines firent alors feu dans toute les directions, le sifflement des balles étaient l’unique mélodie qui hantait les lieux.

Assise sur le sol j’avais rapporté mes genoux pour entrer complètement derrière la table, je n’allais quand même pas me laisser protéger par un gamin ! Poussant alors le jeune garçon juste avant qu’elle balle ne le touche, ce petit curieux ne voulait rien manquer du combat et je le comprenais !  Je pouvais sentir mon cœur jusque dans mes oreilles, toute mon attention était sur lui, qui me demandait de le rejoindre. Un instant debout il semblait jouer avec les balles et l’autre instant, il envoyait les hommes dans les aires se dirigeant vers la porte. Je fixais son dos un moment avant de regarder le petit homme qui était derrière la table avant de lui chuchoté ‘’ toi tu restes là... Si tu nous suis tu vas avoir de grave problème’’ Prennent une inspiration, je glissai les doigts sur le bracelet du poignet gauche, un petit son métallique se fit entendre, signe que la lame était libre d’entrave et qu’un simple mouvement sec la libèrerait de son socle. Écoutant le sifflement des balles, je sortie brusquement de derrière la table pour le suivre dans ce vacarme. Les balles ne semblaient pas avoir d’effet sur lui pour le moment, pour ma part j’avais de grande chance de voir l’une d’elle venir me toucher. Me frayent un chemin entre les personnes, je réussi sans entrave à me rendre dans son dos, toutefois un sifflement se fit entendre sur ma gauche, d’un mouvement brusque je fis sortie la lame de mon quart qui prit l’impact du projectile.  ‘’ Bon d’accord alors j’accepte de te suivre’’ Lui dis-je d’une voix forte pour enterrer les balles et les cris des civiles. ‘’ Je me nomme Ayako !’’ Venant mettre mon pied contre une chaise je fis un mouvement pour éjecter cette dernière sur le marine qui m’avait presque touché, la chaise allait rapidement dans ces genoux. Je le suivi donc peu importe l’endroit où il souhaitait se rendre, tant que je pouvais quitter cette île qui devenait trop importante pour moi, je serais heureuse…  Mon regard était sur le dos de l’homme, il m’avait surprise à un point, que j’avais accepté de l’aider, terminer les contrats, terminer les recherches… Je souhaitais intérieurement de ne pas avoir fait une bêtise…

Le vacarme de la taverne avait mis la ville en arrêt, les gens qui étaient non loin de l’établissement avaient tourné leurs regards en direction, cherchant à voir le regard des responsables. Espèrent que le bateau de mon… nouveau capitaine? Puisse prendre rapidement les flots… Sinon il avait toujours la possibilité de prendre le navire de la marine si on avait bien de la chance! Quittant alors l’ombre fait par le dos de l’homme je viens prendre place à sa gauche, le regard un peu partout afin d’assurer qu’il n’y avait pas d’autre homme de la marine et qu’on était pas suivi. Puis, mon regard se posai sur lui, rempli de curiosité, un petit sourire mystérieux s’affichait sur mes lèvres.



© Jawilsia sur Never Utopia
Pirate
La Rose des Vents
avatar
Berrys : 140050
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: En Route ! :: Blues :: East Blue :: Shimotsuki Town-